Informations pratiques

 

Conseils pour votre visite

 

  • Le fort Frère est situé sur un terrain militaire. L’accès au public n’est autorisé que dans le cadre des visites guidées.
  • Pensez à venir au moins 15 minutes avant le départ de la visite.
  • Les visites guidées sont faites en langue française. Toutefois certains guides sont aptes à faire de courtes traductions en langue allemande en cas de besoin, ce qui rallonge la durée de la visite.
  • La durée moyenne des visites guidées est de 2h15 à 2h30 en moyenne.
  • En cas de conditions météo extrêmes ou d’événements indépendant de notre volonté, l’association se garde le droit d’annuler les visites où activités programmées.
  • Pour marcher en toute sécurité sur les surfaces en herbe, des chaussures sans talons hauts sont vivement conseillées.
  • Les visiteurs peuvent être soumis à un contrôle à l’accès dans la cadre des mesures de vigilance.
  • Il est possible d’entreposer les bicyclettes, les poussettes, et autres petits moyens de locomotion au fort pendant la durée de la visite. Les voitures des visiteurs doivent être stationnée à 150 m de l’entrée du fort, sur le parking. L’accès de la piste cyclable des forts passant devant le fort est interdit aux véhicules.
  • Les chiens sont admis au fort et peuvent participer à la visite sous condition qu’ils soient sociables. Un point d’eau est à leur disposition en cas de besoin.

 

Tarifs  :

 

  • Adultes :                             5 euros
  • De 12 à 18 ans :                  2 euros
  • Enfant de moins de 12 ans : gratuité

 

 

 

 

 

Description de la visite

 

La visite guidée du fort Frère se déroule sous la forme d’une visite conférence, au cours de laquelle on aborde tous les aspects historiques et on vous explique, au fur et à mesure du parcours, les différents éléments et les modernisations apportés à cet ouvrage. La visite commence par une introduction, la description du tambour à l’entrée, le fossé de gorge et la façade de gorge de la caserne, l’entrée de l’ouvrage avec le pont-levis, les différents noms qu’à porté le fort, la poterne principale sous traverse en capitale, la pièce des réservoirs d’eau potable, une présentation générale des fortifications de Strasbourg entre 1872 et 1918, la présentation de l’organisation générale du fort auprès de la maquette, la salle du puits, le parcours traverse toute la poterne principale, les locaux sous le saillant, dont la salle d’alerte transformée en 1939 en chapelle militaire, la cour gauche de l’ouvrage, les locaux d’artillerie sous la face gauche, avec le local de chargement des projectiles avec une exposition sur les divers projectiles de l’artillerie, le local de stockage des fusées des projectiles, le local de stockage de poudre de travail, le local du monte-charge à munitions avec une petite exposition sur les matériels de l’artillerie, la poterne qui longe les locaux de stockage des projectiles, avec le passage d’une porte blindée, le local de stockage des matériels du génie avec en exposition divers matériels destinés à la réalisation des réseaux de fils surmontés de fil de fer barbelé, sous le flanc gauche, la grande poudrière du temps de guerre avec ses systèmes d’aération et d’éclairage, puis la caponnière de l’épaule gauche avec ses deux chambre de tir, le retour vers les locaux d’artillerie pour la montée vers la traverse-abri n°3 en passant devant le poste d’observation cuirassé de l’artillerie en fonte durcie, modèle 1887 de la société Gruson de Magdebourg, la sortie sur le parapet d’artillerie de la face droite, le passage devant la partie extérieure visible de l’observatoire d’artillerie, l’emplacement pour un canon long fretté de 15 cm sur affût de marine, le passage devant la traverse-abri n°4 avec la partie supérieure du monte-charge à munitions, le passage sur le saillant, transformé à la fin du XIXe siècle en point d’appui d’infanterie, qui comporte de part et d’autre les traverses-abri n°5 et 6, qui ont été modifiées et allongées pour y installer une salle d’alerte, le passage sur le début de la face gauche, en passant devant la sortie troupe sur le saillant, sur la traverse-abri n°6 la coupole tournante d’observation modèle 1890 et la descente vers la cour droite, pour voir de l’extérieur les locaux d’artillerie sous la face droite et l’entrée de la poudrière, toute cette partie n’a pas été modernisée.

 

Enfin la remontée vers la traverse-abri du flanc droit, la visite de sa salle d’alerte, la descente vers l’extrémité de l’aile droite de la caserne de gorge. Au 2ème étage, vue d’une première partie de l’exposition consacrée à la guerre franco-prussienne de 1870-1871, avec un panneau consacré à la période avant le conflit (1840-1870) et divers panneaux consacrés au début de la guerre. Au bout du couloir de l’aile droite de la caserne de gorge, à l’emplacement de la descente vers les latrines, une petite exposition consacrée au latrines et toilettes des ouvrages, puis le long couloir du 2e étage de l’aile droite de la caserne avec une enfilade de chambres : deux pièce consacrées au matériels et outillage des années 1920-1930, une chambre troupe allemande de 1872-1918, une chambre troupe française des années 1930-1950, deux pièces infirmerie, la chambre du commandant, un pièce musée avec la suite de l’exposition consacrée à la guerre de 1870-1871, les deux chambres de tirs du blockhaus de flanquement du fossé gauche, avec les deux emplacements pour canons-révolvers munis des volets blindés, une petite exposition des différents volets de blindage et de la ventilation, puis la descente vers le rez-de-chaussée de l’aile droite de la caserne de gorge, avec une pièce destinée au stockage des vivres, la cuisine ancien modèle de l’aile droite de la caserne, une pièce musée consacrée à l’exposition relative au fortifications de Strasbourg, et enfin la sortie par la porte de guerre de l’aile droite pour rejoindre le fossé de gorge, avec la conclusion de la visite.

 

Face à ce programme de visite, vous comprendrez que la durée moyenne des visites est de 2h00 et 2h30, dès fois plus de 3 heures lorsqu’il faut traduire simultanément en langue allemande.

 

Pour les groupes scolaires, n’hésitez pas à demander les fichiers qui accompagnent les expositions.

 

Compte tenu du volume d’informations, vous pouvez compléter ou préparer la visite en consultant dans la rubrique Place forte de Strasbourg / Chroniques, surtout les années 1872 à 1882 pour la construction des forts de la ceinture de Strasbourg et pour l’extension de la ceinture urbaine de fortifications.