Zwischenwerk Fransecky-Moltke - Ouvrage intermédiaire Ney-Rapp

Dernière mise à jour : 9 février 2017



Situation géographique et stratégique

Ceinture des forts détachés de Strasbourg - Rive gauche du Rhin - Secteur Nord.


Distances avec les autres ouvrages :

Fort Fransecky (actuel Fort Ney) à l'est sur la rive gauche du Rhin : 1,594 km (0,990 miles)

Fort Rapp à l'ouest : 1,373 km (0,853 miles)

Enceinte urbaine au sud : 4,571 km (2,841 miles).


Carte des environs du Fort Fransecky en 1904. L'emplacement des ouvrages a été ajouté à la plume à l'époque. Source : collection MJR.

Caractéristiques

Ouvrage intermédiaire à fossé plein d'eau.

L'ouvrage vers 1900 d'après un tableau d'André Brauch

Construction (gros œuvre)

Eté 1890 - 1891.

Modernisations : Diverses phases de modernisation jusqu'en avril 1916.

Dénominations successives

A Strasbourg, les ouvrages intermédiaires, hormis l'ouvrage Neuf-Empert, prennent le nom des forts situés de part et d'autre, en commençant par celui situé à sa droite sur la ceinture de fortifications.

1890 - novembre 1918 : Zwischenwerk Fransecky-Moltke.

1919 - juin 1940 : Ouvrage intermédiaire Ney-Rapp.

Juillet 1940 -1944 : Zwischenwerk Fransecky-Moltke.

1945 - à nos jours : Ouvrage intermédiaire Ney-Rapp.

Mission

1891-1918

Construit lors des travaux de renforcement de la place par suite de la crise de l'obus torpille ou crise de la brisance en Allemagne, il renforce initialement l'intervalle entre le Fort Fransecky et le Fort Moltke.

1938-1940

Une batterie comprenant deux anciens canons allemands de 10,5 cm sous affût à bouclier est installée sur place par l'armée française. Il s'agit de deux cuves en béton doté chacune d'un local à munitions attenant comprenant 4 alvéoles. Une des cuves est reliée par un couloir bétonné jusqu'à l'aile gauche de l'abri. Ces deux tourelles pourraient éventuellement provenir de la batterie d'Altenheim située près du fort Hoche. Une partie des munitions, poudres et presses d'assemblage des obus était installée dans l'abri de l'ouvrage. Compte tenu qu'il restait un certain nombre de douilles vides avant l'évacuation, il est fort probable que la batterie ait ouvert le feu.

Accès et visites

L'ouvrage intermédiaire Ney-Rapp appartient à la commune de Reichstett. La commune de Reichstett a utilisé ce site comme dépôt de déchets et les fossés ont été comblés au fur et à mesure. Au cours du début des années 2000, une personne psychologiquement fragile avait à plusieurs reprises installés des pièges à l'intérieur de l'ouvrage. Compte tenu du risque que cela représentait, et de la fragilisation de l'ouvrage par les destructions de juin 1940, la commune a fait le choix de l'enterrer complètement, y compris la batterie de 2 canons de 10,5 cm sur affût à bouclier, installé par l'armée française en 1939-40. Seul quelques tout petits pans de murs émergent encore de la terre. Le site sert à priori toujours de dépôt de déchets verts et un apiculteur y a installé ses ruches.


Chroniques succinctes

Zeittafel


Voici une courte chronique concernant cet ouvrage de 1890 à nos jours. Pour aider à la compréhension de l'histoire particulière de cet ouvrage, nous avons ajouté quelques dates repères de l'histoire franco-allemande. Cette chronique n'est pas définitive et elle est régulièrement complétée et mise à jour.


Mercredi 18 janvier 1871

Proclamation du nouvel Empire allemand à la galerie des glaces à Versailles.

Mercredi 10 mai 1871

Traité de Francfort : l'Alsace (hormis Belfort), une partie de la Lorraine et quelques cantons Vosgiens sont annexés à l'Empire allemand et la France doit verser 5,316 milliards de franc-or au titre des indemnités de guerre. Les troupes allemandes occupent 22 départements français, qui sont évacués au fur et à mesure du règlement de la dette de guerre.

Début juin 1871

Le Maréchal comte de Moltke se rend à Strasbourg pour désigner les emplacements des futurs forts détachés.

Vendredi 17 novembre 1871

Ordonnance impériale relative à la construction d'une ceinture de forts détachés autour de Strasbourg.

Mardi 25 juillet 1876

Allemagne, Alsace-Lorraine. Le nouvel empire allemand mène la politique suivante en matière d'aménagement des lignes de chemin de fer : élimination de toutes les participations étrangères sur les lignes du Reichsland d'Alsace-Lorraine, amélioration des liaisons avec le réseau allemand, doublement des lignes à caractère stratégique, aménagement des lignes vers les vallées vosgiennes, construction de gares dans les grandes villes et un non-développement des lignes partant en direction de la nouvelle frontière, hormis l'aménagement de nouvelles gares frontière. C'est dans ce cadre que la première ligne mise en service en Alsace-Lorraine par l'administration allemande est la ligne de Strasbourg à Lauterbourg, inaugurée le 25 juillet 1876. Son tracé d'une longueur de 56 km était presque celui du projet primitif établi par l'administration française. La seule différence est que désormais ce projet remanié avait désormais un caractère stratégique en créant une communication « militaire » entre Strasbourg et Mayence, et en doublant les lignes principales, c'est-à-dire Strasbourg Lauterbourg est parallèle à la ligne de Strasbourg - Haguenau - Wissembourg. Cette nouvelle ligne de chemin de fer est sous le feu du Fort Fransecky et ultérieurement de l'ouvrage intermédiaire Fransecky-Moltke construit à proximité en 1890-1891.

30 décembre 1886

Ordonnance impériale concernant la construction de 5 ouvrages intermédiaires à Strasbourg. Un ordonnance impériale « A.K.O. » daté du 30 décembre 1886 ordonne la construction de cinq ouvrages intermédiaires « Zwischenwerke » sur la ceinture des forts détachés à Strasbourg. Il s'agit des futurs ouvrages intermédiaires Neu-Empert, Fransecky-Moltke, Baden-Bismarck, Sachsen-Tann, Werder-Schwarzhoff (ces ouvrages prennent en effet le nom des deux ouvrages dont ils renforcent l'intervalle.

1890-1891

Construction de l'ouvrage.

1915

Carte d'état-major allemande annotée avec les emplacements des fortifications et batteries d'artillerie par le service français de géographie des armées en 1915.

1938-1940

Vers 1938-1940 (date précise inconnue), construction d'une batterie comprenant deux cuves destinées à recevoir deux canons de 10,5
cm à affût à bouclier, transféré à priori de la batterie d'Altenheim située à l'est du Fort Hoche. Cette batterie comporte deux cuves en béton armé, dont l'une d'entre elle est relié à l'ouvrage Ney-Rapp, et deux magasins à munitions attenants en béton.

Les photographies suivantes ont été prises par les troupes allemandes après l'abandon de la place forte par les troupes françaises, après le 19 juin 1940. Quelques jours après l'entrée des troupes allemandes à Strasbourg, ils ont fait revenir des prisonniers français pour qu'ils enlèvent les pièges et les mines éventuelles installées sur leurs positions. Ces photographies ont dû être prises entre le 20 et le 30 juin 1940.




Description de l'ouvrage Beschreibung



La façade de gorge de l'abri de l'ouvrage Ney-Rapp après les destructions réalisées à priori par les troupes françaises lors de l'abandon de l'ouvrage après le 19 juin 1940.

Façade de gorge de l'ouvrage : aile gauche. L'entrée à l'aile gauche et au couloir d'accès à la position de batterie a été bétonnée par les troupes françaises vers 1938-1940. © MJR Mars 1997

Façade de gorge de l'ouvrage : centre de l'ouvrage © MJR Mars 1997

Façade de gorge de l'ouvrage : aile droite © MJR Mars 1997

Pièce de l'ouvrage : au fond le couloir desservant tout l'ouvrage © MJR Mars 1997

Pièce de l'ouvrage © MJR Mars 1997

Façade de gorge de l'ouvrage : aile droite. La protection de l'accès en béton a dû être aménagé par les troupes françaises vers 1938-1940 © MJR Mars 1997


Pièce de l'aile droite de l'ouvrage : point de chauffe (ferraillé) © MJR Mars 1997

Pièce de l'aile droite de l'ouvrage : meurtrière à fusil avec volet blindé coulissant pour la défense de la gorge © MJR Mars 1997

Ancien parapet du front de tête : reste de la première guérite type « escargot » en tôle pour la défense rapprochée © MJR Mars 1997

Ancien parapet du front de tête : reste de la deuxième guérite type « escargot » en tôle pour la défense rapprochée © MJR Mars 1997



La batterie pour 2 canons de 105 mm sur affût à bouclier (anciens canons allemands 10 cm K.i.S.L)



Canon de 10,5 cm sur affût à bouclier. Photographie prise à priori après l'abandon de la batterie et de l'ouvrage par les troupes françaises, après le 19 juin 1940.  

Cuve et abri à munitions pour un canon de 10,5 cm sur affût à bouclier © MJR Mars 1997

Cuve et abri à munitions pour un canon de 10,5 cm sur affût à bouclier. L'abri comporte 4 petites alvéoles. Cette cuve est reliée directement par un couloir en béton armé à l'ouvrage intermédiaire Ney-Rapp.  © MJR Mars 1997

Cuve et abri à munition pour un canon de 10,5 cm sur affût à bouclier © MJR Mars 1997.

Abri à munition pour canon de 10,5 cm sur affût à bouclier © MJR Mars 1997.


Etat de la batterie après un début de remblaiement : 2006


Batterie de 2 canons de 10,5 cm à affût à bouclier, partiellement remblayée © 1er RG Avril 2006.

Etat actuel de la batterie après le remblaiement : 2017


A gauche les ruches et à droite le haut de la façade de gorge qui effleure © MJR Mars 2017.

La façade de gorge qui effleure au bord du chemin © MJR Mars 2017.

Etat du site de l'ouvrage Ney-Rapp : le seul ouvrage intermédiaire de Strasbourg, situé de la rive gauche du Rhin, à avoir été entièrement remblayé © MJR Mars 2017.














































 
Tableau André Brauch Fransecky Moltke
Source : André Brauch
 

Vue satellite :

 
Photo satellite Fransecky Moltke (Ney-Rapp)
Source : Google Maps 2006
 

Gallerie photos :