Kronenburger-Tor – Porte de Saverne

 

Dernière mise à jour : 28 mai 2019

 

Situation géographique et stratégique

 

Enceinte urbaine de Strasbourg – Front Ouest.

Le cavalier 13 a été érigé sur le tracé de la nouvelle ceinture urbaine, la porte de voies ferrées Nord « Eisenbahn-Tor Nord » et la porte de Saverne « Kronenburger-Tor ».

 

Le front Ouest de la nouvelle enceinte urbaine avec la porte de Pierre « Stein-Tor », la porte de voies ferrées Nord « Eisenbahn-Tor Nord », le Kavalier XIII, la porte de Saverne « Kronenburger-Tor », le Kavalier XIX, la porte de Guerre n°2 « Kriegs-Tor II », le Kavalier XV, le Kavalier XVI, la porte Nationale « Weissthurm-Tor », le Kavalier XVII, la porte de voies ferrées Sud « Einsenbahn-Tor Sud », le Kavalier XVIII, la porte de Schirmeck « Schirmecker-Tor » et le Kavalier XIX sur le plan des garnisons du 15e corps d’armée de 1912 (Collection Philippe Burtscher & MJR).

 

L’emplacement du cavalier 12, le la porte de Pierre « Stein-Tor », la porte de voies ferrées Nord, du cavalier XIII, de la porte de Saverne « Kronenburger-Tor » et du cavalier 14, de la porte de Guerre n°2 « Kriegs-Tor II » et du cavalier 15 sur le plan Blondel daté de 1920-1930 (collection BP).

L’emplacement du cavalier 13, de la porte de Saverne « Kronenburger-Tor » et du cavalier 14, sur le plan Blondel daté de 1920-1930 (collection BP). La rue qui longeait les cavalier XIII à XVI était entièrement réservée à la circulation des militaires à l’époque allemande 1876-1918 comme à l’époque française, jusqu’à la cession des ouvrages.

Construction (gros œuvre)

 

Adjudications

 

20 juillet 1876 : adjudication de la construction du 1er tronçon de la nouvelle enceinte urbaine et de la démolition de l’ancienne enceinte correspondante au consortium d’entreprises « Wittkop-Jerschke & Walter » de Mayence pour un montant d’environ 8 millions de marks. Les travaux concernent la construction de la nouvelle enceinte urbaine, du fossé qui la précède, et le dérasement de l’ancienne enceinte sur ce tronçon.

 

23 mars 1878 : adjudication pour la livraison et l’installation des parquets des ouvrages du 1er tronçon de l’enceinte urbaine.

Photographie de la porte de Saverne « Kronenburger-Tor » côté extérieur vers 1900 environ (Source : AVES). Toutes les portes de la ville était surmontée d’un grand mat des couleurs.

Gros œuvre : les travaux de construction du 1er tronçon de l’extension de la nouvelle enceinte urbaine ce sont déroulées entre le 23 août 1876 et mars 1878. Il s’agit de la construction de la nouvelle enceinte urbaine, allant du front Nord, au front Ouest, jusqu’à l’entrée de l’Ill en amont, c’est-à-dire au sud de Strasbourg. Ce tronçon comporte les ouvrages les plus puissants. Son tracé commence au nord à la nouvelle porte de Pierre « Stein-Tor » située à peu près au niveau de l’actuelle place de Haguenau et rejoint les anciennes fortifications du front Sud, à l’entrée de l’Ill en amont. Cette enceinte est couverte par un large fossé qui la précède, et elle comporte du nord au sud, la porte de voie ferrée Nord, le cavalier XIII, la porte de Saverne « Kronenburger-Tor », le cavalier XIV, la porte de guerre II « Kriegs-Tor II », le cavalier XV, le cavalier XVI, la porte Nationale « Weißthurm-Tor », le cavalier XVII, la porte de voie ferrées Sud, le cavalier XVIII, le cavalier XIX et la porte de Schirmeck « Schirmecker-Tor ». En parallèle à ces travaux on perce à plusieurs endroits l’ancienne enceinte urbaine pour permettre la circulation des ouvriers et des matériaux, et entre la future enceinte et l’ancienne, sur le côté ouest, on installe la plateforme de la future gare de Strasbourg et des voies ferrées qui la connecte au réseau déjà existant. Dès que l’essentiel du nouveau rempart est érigé sur le front Ouest, commencent progressivement l’arasement de l’ancienne enceinte urbaine située à l’arrière de ce tronçon, ces derniers travaux dureront au-delà de l’année 1878.

Plan de masse, élévation et coupes de la Porte de Saverne côté intérieur, vers 1919. Source : AVES.

 

Description des travaux du 1er tronçon de la nouvelle enceinte urbaine :

Début des travaux :

En août 1876, le projet d’agrandissement de la ville de Strasbourg entre dans une phase concrète. Le mercredi 23 août 1876, est la date à garder en mémoire, où d’après la presse locale, on a donné le premier coup de bêche de ces importants travaux d’extension de l’enceinte urbaine et d’agrandissement de la ville de Strasbourg. En effet les travaux ont commencé sur le côté gauche de l’ancienne porte de Pierre « Stein-Tor ». On procède notamment au démantèlement de la maçonnerie du rempart, au nettoyage du glacis par enlèvement de toutes les broussailles et de tous les arbres, au piquetage du tracé du nouveau rempart et ultérieurement au traçage de la prolongation du faubourg de Pierre « Steinstrasse », c’est-à-dire la nouvelle route de Strasbourg à Wissembourg passant par le faubourg de Schiltigheim. Les travaux sont menés avec vigueur pour arrasé la célèbre lunette 52, dont on a souvent parlé pendant le siège de la ville en 1870. Dès le 27 août 1876, le consortium Wittkopp, Jerschke et Walter publie une annonce dans la presse locale pour demander la livraison de gravier, de sable, de pierres de taille, de moellons « Hausteine », de pierres concassées « Bruchsteine » et de matériel de voie ferrée de étroites d’une largeur de de 0,50 ou de 0,90 m destinées à recevoir des wagonnets « Rollbahnmaterial ». Dès le 27 août s’ouvre déjà un deuxième chantier devant l’ancienne porte Nationale « Weissthurm-Tor ». L’ancien ouvrage de fortification appelé « Bastete » a été entièrement arasé et le comblement des fossés est en cours. De nombreux curieux assistent à ces travaux.

 

Cérémonie officielle de pose de la première pierre : le samedi 7 octobre 1876 au niveau de la porte de Schirmeck « Schirmecker-Tor », pour commémorer le début des travaux de construction de la nouvelle enceinte urbaine.

Photographie de la porte de Saverne « Kronenburger-Tor » côté intérieur vers 1900 environ (Source : AVES).

 

Dénominations successives

 

1880-1918 : Kronenburger-Tor.

 

1919 : porte de Saverne.

 

Mission

 

Défense des voies de communications, et assurer la protection du détachement de garde dans les abris à l’épreuve des bombes.

Photographie de la porte de Saverne « Kronenburger-Tor » côté intérieur vers 1900 environ (Source : AVES).

Caractéristiques - Description

 

La porte de Saverne permet le passage de la circulation civile au travers de la nouvelle enceinte urbaine allemande. Elle comprend trois arches principales pour le passage, une pour le tramway et deux pour la circulation des véhicules et attelages. Elle comporte également un passage piéton de part et d’autre des trois arches principales. Des locaux pour le détachement de garde construits sur un seul niveau sont attenants à ce passage. Pour la défense rapprochée, l’ouvrage dispose de grilles métalliques à l’intérieur et à l’extérieur de l’enceinte, de deux petits ouvrages de flanquement sur chaque angle de la façade du front et d’une embrasure de flanquement sur la façade de part et d’autre. Ces ouvrages et ces embrasures permettent de flanquer le passage de la porte et du pont passant sur le fossé des remparts. L’ouvrage est surmonté par le rempart sur lequel a été érigé en son centre une traverse-abri surmontée d’un grand mât des couleurs. Pendant l’annexion allemande jusqu’en 1918, le drapeau de l’empire allemand était hissé à l’occasion des fêtes comme l’anniversaire de l’Empereur ou de la commémoration de la victoire allemande à Sedan en 1870. Côté intérieur, la porte est surmontée d’un décor néo-médiéval avec deux petits tourelleaux et un mur crénelé.

Plan de masse, élévation et coupes de la Porte de Saverne côté extérieur, vers 1919 (Sources AVES).

Accès et visites

 

L’ouvrage à complètement disparu.

 

Photographie du côté extérieur de la porte de Saverne « Kronenburger-Tor » vers 1919Le fossé des remparts et son lit qui permet de doubler sa largeur en temps de guerre et les grilles de défense des accès. Source :  Tätigkeit der Stadt Strassburg im Gebiet der Gesundheitspflege (Les activités de la Ville dans le cadre de l’hygiène), Société française d'Editions d'Art, Paris, Strasbourg vers 1934. S1425

 

Déclassement de l’ouvrage

 

Déclassement de l’enceinte urbaine de Strasbourg : par la loi du 21 juillet 1872.

 

Etat de l’ouvrage et intérêt patrimonial

 

Arasé : aucune trace.

Carte postale ancienne, dessin de A. Maetz de 1923. (Source : Internet).

 

Sources

 

Auteurs des photographies et source des documents, plans et illustrations :

L’essentiel des photographies et des plans proviennent des archives de la Ville et de l’Eurométropole de Strasbourg (AVES).

 

Bibliographie

Auteurs divers : Straßburger Zeitung und Amtliche Narichten für das General-Gouvernement Elsaß.

Auteurs divers : Tätigkeit der Stadt Strassburg im Gebiet der Gesundheitspflege (Les activités de la Ville dans le cadre de l’hygiène), Société française d'Editions d'Art, Paris, Strasbourg vers 1934. S1425

Burtscher Philippe : De la ceinture fortifiée de Strasbourg à la Position de la Bruche, Editeur : Cercle d’Etudes des Fortifications et Société d’Histoire de Mutzig et environs, 1999. S0175.

Dumsky Walter : Die deutschen Festungen von 1871 bis 1914 : Strategische Bedeutung und technische Entwicklung. Erlanger Historische Studien herausgegeben von Professor Dr. Karl-Heinz Ruffmann Professor Dr. Hubert Rumpel. Bd. / Vol. 11 ; Frankfurt am Main, New York, Paris ; 1987.

Frobenius H. : Unsere Festungen. Entwicklung des Festungswesens in Deutschland seit Einführung der gezogene Geschütze bis zur neusten Zeit. Band I : Die Ausgestaltung der Festung ; 1912.

Grabau A. : Das Festungsproblem in deutschland und seine Auswirkung auf die strategische lage von 1870-1914, Berlin, 1935.

Lacoste W. : Neubreisach 1871 – 1916, Strassburg Vorfeld 1914-1916 in DAWA Sonderheft 29, 1997.

 

Archives & Bibliothèques

Archives de la Ville et de l’Eurométropole de Strasbourg.

Archives départementales du Bas-Rhin ; Strasbourg.

Bibliothèque du mess de garnison de Strasbourg

Bibliothèque Nationale de France

Bibliothèque Nationale et Universitaire de Strasbourg

Bibliothèques Municipales de Strasbourg.

Bundesarchiv (archives fédérales allemandes)

Bundesarchiv Abteilung Militärarchiv, Freiburg

Geheimes Staatsarchive Preussischer Kulturbesitz, Berlin.

Generallandessarchiv Karlsruhe et Bundesarchiv, Stuttgart.

Service Historique de la Défense, Vincennes.

 

Sites Internet

Accès aux ouvrages en ligne de la BNF et de la BNUS :

https://gallica.bnf.fr/accueil/fr/content/accueil-fr?mode=desktop

Bundesarchiv (archives fédérales allemandes)

https://www.bundesarchiv.de/DE/Navigation/Home/home.html

Site très complet recensant les fortifications françaises 1874-1918 environ :

https://www.fortiffsere.fr/

Arme du Génie et fortifications diverses

https://franchissement.forumgratuit.org/

Fortifications allemandes de l’ancien territoire d’Alsace-Lorraine :

Fort de Mutzig – FKWII (Feste Kaiser Wilhelm II)

https://www.fort-mutzig.eu/desk/smart/smart_menu.php?langue=fr

Fortifications et artillerie (site du Dr Balliet)

https://fortifications-neuf-brisach.blogspot.com/

Fort Ducrot à Mundolsheim

https://www.fortpodbielski-ducrot-mundolsheim.fr/

https://www.facebook.com/Fort-IIIa-PODBIELSKI-fort-Ducrot-152901354769096/

Fort Rapp à Reichstett

https://www.facebook.com/fortrappreichstett/

Fort Kléber à Wolfisheim : Association des Amis du fort Kléber :

https://www.fortkleber.fr/index.php

AVES Archives de la Ville et de l’Eurométropole de Strasbourg

https://archives.strasbourg.eu/

 

Traductions et rédaction de la page : MJR 2019

Pour toute questions ou contributions : mjr.stb@orange.fr