Kehler-Tor / Porte de Kehl

 
 

Dernière mise à jour : 26 mai 2019

 

Situation géographique et stratégique

 

Enceinte urbaine de Strasbourg – Front Est.

La porte de Kehl « Kehler-Tor » a été érigé sur le tracé de la nouvelle ceinture urbaine, entre le bastion 1 et le bastion 2.

Le Bastion XXVII et la porte extérieure de la citadelle « Citadell-Tor », ainsi que le Bastion I, la porte de Kehl « Kehler-Tor », Bastion II et Bastion III sur le plan des garnisons du 15e corps d’armée de 1912 (Collection Philippe Burtscher & MJR).

L’emplacement de l’ancien Bastion I et de la porte de Kehl « Kehler-Tor » sur le plan Blondel daté de 1920-1930 (collection BP).

L’emplacement de l’ancien Bastion I et de la porte de Kehl « Kehler-Tor » sur le plan Blondel daté de 1920-1930 (collection BP).

 

Construction (gros œuvre)

 

Adjudication : 20 mai 1880. La porte de Kehl « Kehler-Tor » fait partie du 3ème tronçon de la nouvelle enceinte urbaine de Strasbourg.

 

Entreprise : L. Heydt – Schöttle et Schuster.

 

Gros œuvre : les travaux de construction du 3ème tronçon de l’extension de la nouvelle enceinte urbaine ce sont déroulée entre le 20 mai 1880 et le 16 septembre 1881. Il s’agit de la construction de la nouvelle enceinte urbaine, allant du front Nord, à partir de la rive droite de l’Ill au niveau de sa sortie en aval de Strasbourg, et se poursuit jusqu’au front Est jusqu’à la Citadelle. Ce tronçon comporte le « Kavalier VII » qui était situé à l’emplacement du Conseil de l’Europe, de la porte de la Robertsau « Ruprechtsauer-Tor », du « Kavalier VI » au niveau de l’Orangerie, de la porte du Canal « Kanal-Tor », du « Kavalier V », du « Bastion IV » à l’angle du front Nord et Est, au croisement des deux canaux, du « Bastion III », du « Bastion II », de la porte de Kehl « Kehler-Tor » et du « Bastion I » avec sa jonction à la Citadelle.

La date exacte de construction n’est pas connue. En règle générale, chaque bâtiment comportait un cartouche avec la date de construction du bâtiment. Pour le cas présent, nous n’avons aucune indication concernant cet ouvrage.

 

Dénominations successives

 

1880-1918 : Kehler-Tor.

 

Numérotation des ouvrages de l’enceinte urbaine : les autorités allemandes ont attribué des numéros en chiffre romain à chaque ouvrage hormis les portes, dans le sens inverse des aiguilles d’une montre, en partant du nord-est de la citadelle avec le Bastion I et en terminant pour le nouveau tronçon de l’enceinte au cavalier XIX qui était situé vers sur la rive gauche de l’entrée de l’Ill au sud de Strasbourg, et s’est poursuivi avec les anciens bastions jusqu’à la citadelle. Les autorités françaises quant à elle, jusqu’en 1870, avaient numérotés les ouvrages dans le sens des aiguilles d’une montre ;

 

1919 : porte de Kehl.

 

Mission

 

La porte de Kehl protégeait le passage d’une voie de communication allant vers le pont du Rhin entre Kehl et Strasbourg. Les deux bâtiments à l’épreuve des bombes assuraient la protection du détachement de garde. Toutes les portes de Strasbourg étaient gardées par un détachement de garde militaire et à l’extérieur avant le point de passage par le service de l’octroie. Il s’agissait d’un bâtiment qui abritait des fonctionnaires de la ville qui prélevaient un droit de passage pour les marchandises entrant en ville.

 

Caractéristiques - Description

 

La porte de Kehl comprend sur la ligne du rempart du front Est une voie de passage pour voitures et un passage pour piétons encadré par deux bâtiments à l’épreuve des bombes destinés à héberger le détachement de garde. Ce passage est protégé par un redan qui s’avance sur le bassin des remparts, sur lequel la route débouche vers l’extérieur sur sa face droite.

Accès et visites

 

L’ouvrage à complètement disparu.

 

Etat de l’ouvrage et intérêt patrimonial

 

Arasé : aucune trace.

 

Chroniques / Zeittafel

 

Jeudi 20 mai 1880

 Allemagne, Strasbourg place forte : adjudication et début des travaux de construction du 3e tronçon de l’extension de l’enceinte urbaine.

Le 20 mai 1880 les travaux de construction du 3e tronçon de l’enceinte urbaine sont adjugés à la société L. Heydt – Schöttle et Schuster. A priori les travaux de construction de l’extension du front Est de l’enceinte urbaine, allant du front Nord, à partir de la rive droite de l’Ill au niveau de sa sortie en aval de Strasbourg, et se poursuit jusqu’au front Est jusqu’à la Citadelle de la nouvelle enceinte urbaine, commencent immédiatement après l’adjudication. Ce tronçon comporte le « Kavalier VII » qui était situé à l’emplacement du Conseil de l’Europe, de la porte de la Robertsau « Ruprechtsauer-Tor », du « Kavalier VI » au niveau de l’Orangerie, de la porte du Canal « Kanal-Tor », du « Kavalier V », du « Bastion IV » à l’angle du front Nord et Est, au croisement des deux canaux, du « Bastion III », du « Bastion II », de la porte de Kehl « Kehler-Tor » et du « Bastion I » avec sa jonction à la Citadelle.

 

Vendredi 16 septembre 1881

 Allemagne, Strasbourg place forte : achèvement des travaux de construction du 3e tronçon de l’extension de l’enceinte urbaine.

Après environ 16 mois de travaux, achèvement des travaux de gros œuvre du 3ème tronçon de l’extension de la nouvelle enceinte urbaine. Il s’agit du front Est de la nouvelle enceinte urbaine qui comporte le « Kavalier VII » qui était situé à l’emplacement du Conseil de l’Europe, de la porte de la Robertsau « Ruprechtsauer-Tor », du « Kavalier VI » au niveau de l’Orangerie, de la porte du Canal « Kanal-Tor », du « Kavalier V », du « Bastion IV » à l’angle du front Nord et Est, au croisement des deux canaux, du « Bastion III », du « Bastion II », de la porte de Kehl « Kehler-Tor » et du « Bastion I » avec sa jonction à la Citadelle.

 

Vendredi 21 juillet 1922

 Déclassement de l’enceinte urbaine de Strasbourg.

 

1923

 Carte postale représentant la porte de Kehl. Source Internet : dessin de A. Maetz de 1923. 

1929

Croquis représentant un projet de remblaiement en amont de la porte de Kehl. Source : Archives de la Ville et de l’Eurométropole de Strasbourg (AVES).

Plan de 1929 environ du bastion 2e et de la porte de Kehl, en rouge le projet de remblaiement. Source : Archives de la Ville et de l’Eurométropole de Strasbourg (AVES).

Plan de 1929 environ de la porte de Kehl, en rouge le projet de remblaiement. Source : Archives de la Ville et de l’Eurométropole de Strasbourg (AVES).