Chroniques 1906

 
 

Dernière mise à jour / Letzte Änderung : 26 / 07 / 2021

 

Page rédigée par : MJR

 

 

Chroniques générales de la place forte de Strasbourg

 

 

Introduction

 

 

Dans cette chronique nous avons rassemblé l’essentiel des informations relatives aux fortifications, à l’évolution des techniques civiles et militaires, à l’évolution des armées européennes et aux garnisons d’Alsace-Lorraine. Nous avons ajouté quelques dates repères de l’histoire et des actualités qui influent sur le développement des techniques militaires. Certaines rubriques peuvent paraître anodines, comme un communiqué de désertion, mais ce dernier nous donne livre des informations sur la région de recrutement de cette unité ou sur l’équipement. Compte tenu que des erreurs de traduction sont toujours possibles, surtout avec des termes anciens, je garde les mots et expressions allemandes entre guillemets. Toutefois, il s’agit bien de l’orthographe de l’époque.

A travers la lecture de ce document, nous vous invitons à vous plonger dans l’ambiance et l’histoire de cette année, mais pour les textes originaux retranscrits sur cette page, il est dès fois nécessaire de gratter la couche de nationalisme que l’on retrouve dans la presse allemande et française de cette époque.

Cette chronique n’est pas définitive et évolue constamment pour être complétée et mise à jour. Avant d’aborder les chroniques de l’année, nous commençons par vous présenter succinctement la liste des fortifications principalement européennes en cours de construction ou de modernisaation et l’évolution des techniques militaires de cette année.

 

 

Abréviations et termes allemand couramment utilisés :

 

A.K.O. = Allerhöchste Kabinetts-Order = Ordre du cabinet impérial / Ordonnance impériale (ordre signé par l’Empereur d’Allemagne).

IR = Infanterie-Regiment = Régiment d’infanterie (généralement suivi de son numéro).

Reichsland = Terre d’Empire = partie annexée de l’Alsace-Lorraine.

 

Les grades allemands et leur équivalence françaises :

 

General der Infanterie, General der Kavalerie = équivalent au général de corps d’armée.

Generallieutenant = équivalent au général de division.

Generalmajor = équivalent au général de brigade.

Oberst = = colonel.

Oberstlieutenant = lieutenant-colonel.

Major = chef de bataillon, chef d’escadron, commandant.

Hauptmann ou Rittmeister (pour les troupes montées) = capitaine.

Oberleutnant = lieutenant

Leutnant = sous-lieutenant.

 

Remarque : l’orthographe allemande diffère de celle d’aujourd’hui. Par exemple pour les portes on note la présence d’un h « Thor » qui a disparu ultérieurement (Tor), et de nombreux mots s’écrivent encore avec un c, alors que quelques années plus tard on utilisera le k, comme pour Fortification écrit ultérieurement Fortifikation. On germanise les mots d’origine française. J’emploi autant que possible l’orthographe d’origine.

 

 

Fortifications, ouvrages en cours de construction

 

 

Dans cette rubrique je recense l’essentiel de l’activité de construction des fortifications en Europe. Elle permet de comparer les ouvrages érigés à Strasbourg à ceux qui ont étaient en construction à la même période. Certes, cette liste comporte certainement des lacunes, quelques erreurs ou dates de construction divergentes en fonction des sources. Ces informations peuvent évoluer et être complétées par des informations analyses complémentaires. L’ensemble des informations est tiré des sources citées en fin de page et complétées par les relevés effectués sur le terrain.

 

Empire allemand

 

Cette rubrique concerne les fortifications allemandes en cours de construction ou de modernisation, sur le territoire allemand, en tenant compte des frontières de l’année en cours.

 

Allemagne - Front Ouest

 

Place forte de Koblenz

Ouvrage en cours de construction :

Rive droite du Rhin

Werk Glockenberg (1822-1823 environ) érigé initialement en tant que magasin à poudre défensif et dénommé ouvrage « Werk » lorsqu’il a été muni d’une enveloppe L’ouvrage comprenait un rempart précédé d’un fossé maçonné, avec un front dirigé vers le sud. Le flanc ouest était relié à une tour de flanquement pentagonale qui servait de réduit et de casernement et un rempart court vers le nord. 1864-1868 : travaux d’agrandissement, renforcement du rempart avec de nombreuses traverses et installation d’un rempart bas sur le côté nord qui accueillait désormait les magasins à munitions. Un bâtiment a été ajouté devant la tour réduit, avec des magasins à munitions au rez-de-chaussée et des locaux de stockage de vivres à l’étage. La gorge de la tour a été munie d’un étroit fossé et de deux pont-levis. L’ouvrage a été relié du côté ouest au nouvelles défenses de la porte Horchheimer-Tor avec un mur avec meutrières à fusils. Du côté Est l’ouvrage a été relié à l’aide d’un rempart droit aménagé pour l’infanterie et l’artillerie précédé d’un fossé au Fort Rheinhell. 1906 : remodelage de ce dernier rempart en position de batterie. 1920 : arasement de l’ouvrage, il ne restait que le bâtiment logement de la tour de flanquement et quelques restes du rempart, qui ont également été arasés ultérieurement. Etat : arasé.

 

Place forte de Metz

Ouvrage en cours de construction :

Feste Wagner - groupe fortifié de l’Aisne (07/1904-1912) au centre du front S, à la lisière du bois d’Avigy, à 800 m environ au NO du village de Verny. Le groupe fortifié comprend les ouvrages suivants : ouvrage d’infanterie de Verny, le point d’appui de Lamencé, une batterie pour 2 canons de 15 cm sur affût protégé installée entre 1907 et 1913, une batterie cuirassée pour 4 tourelles pour obusiers de 15 cm, une centrale électrique, un batterie cuirassée pour 4 tourelles de canons de 10 cm à tube long renforcé, 3 observatoires cuirassés d’artillerie devant la batterie cuirassée pour canons de 10 cm, l’ouvrage d’infanterie Avigy, le point d’appui de la Seille, un observatoire cuirassé d’artillerie. Garnison : environ 1 250 hommes. 1903 : décision pour la désignation de l’emplacement.

Source : S0075 : Christian Dropsy : Les fortifications de Metz et Thionville, autoédition, Bruxelles, 1995, p.69, 71, 124-129.

 

Feste Kaiser Wilhelm II, groupe fortifié de Mutzig

B 6 Batterie n°6 (1904-1906), 4 x 10,5 cm T.K. sous coupole cuirassée, 1 cloche d’observation cuirassé modèle 1905 (P.B.St. 05, observatoire Oa 8), 2 postes d’observation à ciel ouvert bétonnés.

 

Allemagne Front Sud

 

Place forte d’Ulm

Ouvrage en cours de construction :

Infanteriestützpunkt Lehr (1905-1907), point d’appui d’infanterie en béton, arasé en 1945-1946 par les armées Alliées.

 

 

France

 

Cette rubrique concerne les fortifications françaises en cours de construction ou de modernisation, conformément aux frontières de l’année en cours.

 

France Front Ouest Côtes de la Mer du Nord, de la Manche et de l’Atlantique

 

Place forte de Dunkerque

Ouvrage en cours de construction :

Ouvrage de la Petite Synthe (1906-1908) au SO de Dunkerque. Ouvrage en béton armée à fossé plein d’eau, un des ouvrages français les plus moderne, avec fossé plein d’eau. Il est racordé à l’ouvrage Ouest par un fossé aquatique et fait face à la frontière belge. Caserne pour un effectif de 186 hommes. Armement : 1 tourelle de 75 mle 05, 1 observatoire cuirassé, 2 tourelles de mitraileuses, 1 observatoire bétonné allemand, 1 casemate de Bourges. Propriétaire : commune de Dunkerque.

 

France Front Nord-Est

 

Place forte de Verdun

Ouvrage en cours e construction :

Ouvrage de La Falouse (1906) également dénommé ouvrage de La Falouze, petit ouvrage bétonné. Comprend une tourelle de 75 Mle 05.

 

Place forte de Toul

Ouvrages en cours e construction :

Fort du Vieux-Canton (1906-1910), 2 tourelles de 75, 2 tourelles de mitrailleuses, 3 observatoires.

Ouvrage de Charmois (1906) position d’infanterie.

Ouvrage de Francheville (1906) petit ouvrage bétonné, avec une casemate de Bourges.

Ouvrage de La Cloche (1902-1906) initialement appelé ouvrage du Chanois. Il comprend : 1 tourelle de 75 Mle 05, 1 observatoire cuirassé, 1 casemate de Bourges. 1944 : essais d’explosifs sur les cuirassements par l’armée US sur la tourelle et une partie du casernement.

Ouvrage de la Nibarde (1906) abri bétonné pour une ½ compagnie.

Ouvrage Ouest du Vieux-Canton (1906-1908).

 

Place forte d’Epinal

Ouvrages en cours de construction :

Batterie de Jeuxey (1906-1907).

Ouvrage de Deyvillers (1906-1910), ouvrage en béton construit sur l’emplacement d’une ancienne redoute qui comprend : 1 tourelle de 75 mm, 2 tourelles de mitrailleuses, 3 observatoires, 2 casemates de Bourges. 1940-1944 : ouvrage entièrement ferraillé.

 

France Front Sud-Est

 

Place forte de Saint-Michel-de-Maurienne

Ouvrage en cours de construction :

Baraquement des Rochilles (1902-1907) ou camp des Rochilles, place forte de Saint-Michel-de-Maurienne, altitude 2 420 m.

Sources : S0429 : Les fortifications de Savoie, in l’Histoire en Savoie n°77, 2ème édition, 1990, p. 1-49. S2757 : Frijns Marco, Malchair Luc, Moulin Jean-Jacques, Puelinckx Jean : Index de la fortification française 1874-1914, autoédition, 2008, p. 441.

 

Place forte de Tournoux

Ouvrage en cours de construction :

Casernement défensif de Restefonds (1901-1906) parfois désigné comme fortin, SE de Tournoux, altitude 2 548 m. Tracé rectangulaire de l’ensemble avec bastionnets flanquant les fronts extérieurs. 1912 : construction des bâtiments à l’extérieur du périmètre (pavillon des officiers, écuries et cuisines.

Source : S2757, p. 436.

 

Italie

 

Cette rubrique concerne les fortifications italiennes en cours de construction ou de modernisation, conformément aux frontières de l’année en cours.

 

Ouvrage en cours de construction :

Fort du Mont Chaberton (1898-1910 autre source 1915), défendant le col du Mont de Montgenèvre. 1906 : il est armé de comprend 8 tours de 12 m de haut supportant chacune une coupole blindée Armstrong avec un canon de 149 mm de 36 calibres. Les canons pouvaient atteindrent la gare de Briançon. 1947 : le territoire est transféré à la France.

 

 

Chroniques / Zeittaffel

 

 

Janvier 1906

 

Maroc, Algésiras : conférence internationale sur le Maroc.

En janvier 1906, une conférence internationale sur le Maroc s’ouvre à Algésiras. Treize nations y sont représentées, parmi elles pour la première fois les U.S.A.

Source : S0131 : Rieger, Henry : Le journal historique de l’Alsace, tome 5, 1848-1913, éditions l’Alsace, Mulhouse, 1979.

 

Avril 1906

 

Maroc, Algésiras : conférence internationale sur le Maroc.

En avril 1906, lors de la conférence internationale sur la Maroc, par dix voies contre trois (trois contre par l’Allemagne, l’Autriche et le Maroc), la Conférence d’Algésiras reconnaît à la France la mission de maintenir l’ordre et de développer l’économie du Maroc. LA crise franco-allemande à propos du Maroc est donc règlée par l’accord d’Algésiras.

Source : S0131.

 

Lundi 11 juin 1906

 

Allemagne, Reichsland Alsace-Lorraine : changement de dénomination d’un parti politique.

Le 11 juin 1906, le parti politique « L’Elsass-Lothringisches Landespartei » devient le « Centre alsacien-lorrain ».

Source : S0419 : Igersheim, François : L’Alsace des notables 1870-1914, la bourgeoisie alsacienne, édition B.F., 1981.

 

Vendredi 20 juillet 1906

 

France, faits divers : affaire Dreyfus.

Le 20 juillet 1906, la Cour de cassation a annulé le jugement du Conseil de guerre de Rennes du 11 septembre 1899. Le capitaine Alfred Dreyfus est réhabilité et réintégré dans l’Armée avec le grade de commandant. Par ailleurs, un décret du ministère de la Guerre du 20 juillet 1906 a fait Alfred Dreyfus chevlier de la Légion d’honneur. Le « traitre » d’hier est réhabilité. Son ami, le colonel Georges Picquart, est promu général de Division.

Source : S0131.

 

Octobre 1906

 

Allemagne, Strasbourg place forte et garnison : garnisons permanentes des forts en automne 1906.

L’annuaire de la garnison d’automne 1906, édité vers le mois d’octobre 1906, nous livre quelques informations sur la garnion des forts :

Fort Grossherzog von Baden : 7. Batterie et 8. Batterie du 2e bataillon du régiment d’artillerie à pied « Fuss-Artillerie-Regiment Nr. 10 ».