Chroniques 1500 - 1599

 
 

Dernière mise à jour : 10/ 03 / 2022

 

Auteur de la page : MJR

 

 

Fortifications en cours de construction

 

 

Belgique

 

Fortifications construites à l’époque qui sont actuellement sur le territoire belge.

 

Place forte d’Anvers

Rive gauche de la Schelde (Escaut)

Fort de Perel (1584) Fort la Perle, NO d’Anvers, rive gauche de la Schelde (Escaut), construit sur ordre du duc de Parme, Alexandre Farnèse, dans le coude de l’Escaut à Kallo. il s’agit du Fort de Perel 1. 1702 : reconstruction du fort plus au nord, il est appelé Fort de Perel 2. 1786 : arasement du Fort de Perel 2. 1877-1883 : reconstruction du fort sur l’emplacement du fort de Perel 2. Il est dénommé Fort de Perel 3. Ce fort de côte qui défend l’entrée de l’Escaut avec les forts Sainte-Marie et Saint-Philippe, devait être armé de 3 coupoles cuirassées, de 4 canons de 24 cm et 2 de 28 cm. Mais compte tenu de l’évolution rapide de l’artillerie de marine, il n’a jamais été armé. 1914-1918 : à priori il n’a pas été endommagé pendant la 1ère guerre mondiale. 1940-44 : pendant l’occupation, il servait de lieu de stockage des mines marine. Lors de la retraite des troupes allemandes, ils ont détruit le dépôt et le fort a été très endommagé. 1958 : les derniers vestiges sont arasés lors de l’agrandissement du port d’Anvers. Site Internet.

https://www.milant.be/fort-de-perel/

 

France

 

Fortifications construites à l’époque qui sont actuellement sur le territoire français.

 

France Front Ouest Côtes de la Mer du Nord, de la Manche et de l’Atlantique

 

 

Place forte de Lorient

Ouvrage en cours de construction :

Citadelle du PalaisLe Palais (1550 environ). 1640, 1660, 1685 : modernisation et agrandissement. 23/03/1887 : déclassée.

Citadelle de Port Louis (Décembre 1590- ?, fin du XVIe siècle) vieille forteresse espagnole construite par l’architecte Cristobal de Rojas, Lorient, commune de Port Louis. Août 1598 : Une partie de la citadelle est détruite sur ordre du maréchal de Brissac. 1618-1621 : Reconstruction de la citadelle qui est complètement remaniée. 1666 : La compagnie des Indes Orientales s’instalel dans la rade de Port Louis et création de la ville de Lorient. XVIIIe siècle : Aménagement de puits, citernes et jardins potager. 1907 : Installation de 4 canons de 100 mm sur le 7 et de 2 canons de 24 cm sur le bastion 9. 1941-1944 : Occupation militaire allemande pour assurer la surveillance de la rade et du trafic maritime. 29 avril 1948 : Classement sur la liste des monuments historiques. 2007 : Départ des derniers militaires en garnison dans la citadelle. Actuel : La citedelle abrite deux musées : Le Musée de la compagnie des Indes qui est le musée d’art et d’histoire de la ville de Lorient et l’antenne de Port Louis du musée de la marine nationale.

 

France Front Nord-Est

 

Place forte du Quesnoy

Ouvrage en cours de construction :

Place forte du Quesnoy (1533) construction des premiers bastions. 1654 : place prise par les Français. 1668-1672 : importants travaux de modernisation sous la direction de Vauban. 1867 : déclassée. 1878 : reclassée. 1882-1886 : la place est réorganisée. 1901 : déclassée. Octobre 1918 : les Néozélandais prennent la place occupée par les Allemands à l’aide d’échelles d’assaut.

 

Citadelle de Rocroi (1555 environ) dès fois orthographié Rocroy. 1610 : ajout des demi-lunes. Vers 1675 : modifié par Vauban. 1744 : modification de la citadelle. 1842 : travaux de modernisation de la citadelle. 1883 : construction de casemates du bastion du Dauphin, bastion du Roi et bastion du Petit Fort ; destinés à servir d’hôpital de siège. 1884 : construction de casemates pour le logement, des traverses sur les bastions du Roi, du Petit Fort, de Nevers et de Montmorency. 01/10/1888 : la place est déclassée suite un avis en ce sens du Conseil supérieur de la guerre. Toutefois en cas de conflit doit assurer les communications optiques entre les forts d’Hirson et des Ayvelles. Etat : les remparts sont conservés.

Source : S2757, p. 442.

 

Place forte de Charlemont (Ardennes)

Ouvrage en cours de construction :

Fort de Charlemont (1555 environ) Citadelle. 1678 : agrandissement par Vauban. 1876-1882 environ : travaux de modernisation, d’après le cartouche sur un bâtiment ; 1888 : Elevée au rang de fort d’arrêt.

 

Place forte de Montmedy

Citadelle de Montmédy (16e siècle) sous Charles Quint. Remaniée par Vauban. 1874-1882 : travaux de modernisation, aménagement de casernements, d’abris, de magasins sous roc et d’un four à pain.

 

France Front Sud Côtes de Méditerranée

 

Place forte de Nice

Ouvrage en cours de construction :

Fort de Montalban (XVIe siècle) vieux fort sarde. XVIIème siècle : remanié par Vauban.

 

Place forte de Toulon

Ouvrage en cours de construction :

Batterie de la Grosse Tour (1514-1524), flanquait le goulet de la rade. 1891 : réorganisation de la batterie de rupture et installation d’un magasin sous roc.

 

Place forte d’Antibes

Fort Carré (1553), Antibes. Tour circulaire érigée sur ordre de Henri IV. 1565-1585 : Construction de l’enceinte bastionnée autour de la tour (bastions très effilés), il est un des premiers fort bastionnés à être construit sous la Renaissance. Garnison du temps de paix, 50 hommes, en temps de guerre, 200 hommes. Sous Louis XIII – Louis XIV, établissement du front bastionné côté terre. 1860 : Rattachement de Nice à la France, le fort Carré perd de son importance. 1888 : Proposition de déclassement. Fin du XIXe siècle : Déclassement du fort et démolition des anciens remparts de la ville. 1906 : Classé monument historique. 1920-1939 : Centre régional d’instruction physique qui assure la formation des instituteurs. 1940-1945 : Ecole militaire d’escrime et de sports de combat. 1945-1953 : Ecole militaire d’escrime et de sports de combat. 1953-1967 : Ecole d’entraînement physique militaire. 1979-1985 : Restauration du fort par les bénévoles du Club du Vieux Manoir. 1997 : Le fort est acheté par la commune. 1998 : Ouvert au public sous la forme de visite guidées.

 

 

Chroniques

 

 

15 juin 1502

 

Martinique : Christophe Colom aperçoit l’île.

La Martinique est aperçue pour la première fois par Christophe Colomb en novembre 1493. Mais ce n’est qu’au cours de son quatrième voyage que celui-ci en prend possession. Le 15 juin 1502 il débarque au Carbet s’en toutefois s’y attarder. Pendant plus d’un siècle l’île ne reçoit que de rares navigateurs qui s’arrêtent seulement pour « faire de l’eau » ou se ravitailler après des indigènes.

Source : S0074 : Thomas, Jacques (juin 1970), capitaine & Huc, Christian (mars 1981), capitaine : Fort de France, place de guerre, juin 1983, p. 3.

 

1527

 

Allemagne : techniques de fortifications. En 1527, Albert Dürer proposa de généraliser l’emploi des casemates, et, comme s’il avait prévu les objections que l’on a faites depuis contre l’emploi de ces abris voûtés, il indiqua en même temps le moyen de les éclairer et d’assurer l’évacuation de la fumée. Ces parce qu’on ne tint nul compte de ces prescriptions en France, et dans d’autres pays, que les casemates tombèrent en discrédit.

Source : S0757.

 

1536

 

Empire allemand : Strasbourg ; naissance de Daniel Speckle (ou Specklin) : Daniel Speckle, futur architecte de la ville de Strasbourg, ingénieur et cartographe, est né à Strasbourg en 1536. Ses ancêtres étaient originaires de Heimersdorf dans le Sundgau. Ce patronyme est connu à Strasbourg depuis le 15e siècle. Son père Veit Rudolf Specklin était graveur. A priori il est né au n°16 de la rue de la Mésange.

Source : S0730.

 

1577 environ

 

Empire allemand, Strasbourg : publication de Daniel Speckle, architecte de la ville de Strasbourg : Codes Mathematicus, date inconnue, plus ancien ouvrage connu de cet auteur. Pour cet ouvrage il manque les deux premières pages avec le titre. Dans la première partie il décrit l’évolution historique de la construction des fortifications et ses propositions ; dans la deuxième partie, il publie le l’ouvrage de Albrecht Dürer, publié en 1527 à Nuremberg : Etliche vndericht, zu befestigung der Stett, Schloss vnd flecken sans les illustrations de Dürer.

Source : S0730.

 

1579

 

Empire allemand, Strasbourg : publication de Daniel Speckle, architecte de la ville de Strasbourg : Rathschlag über die gebew su Beuöstiung ein Lobliche Reichstatt Colmar, Gestelltt durch Daniel Speckle, der Statt Strasburg Bawmeyster. Im Jahr als man zaltt 1579.

Source : S0730.

 

1583

 

Empire allemand, Strasbourg : publication de Daniel Speckle, architecte de la ville de Strasbourg : Architectur – Sas ist wie man Aller Hand vestungen bauen soll wiedere die feindt Christliches Namens, Zu land vnd wasser, Zu berg und thall, auss Mathematischen vnnd Mächanischenn grunden auss Rechter Simmetria sampt derenn Fundamentenn vnnd auffzugen mit sattenn vnnd Justem bericht, aufs kurszest furgestelt. …. Ouvrage publié en 1583 ; 151 pages.

Source : S0730.

 

1588

 

Empire allemand, Strasbourg : publication de Daniel Speckle, architecte de la ville de Strasbourg : Architectur Vnndt Bauw Ordnung Vber die Stadt Basell, wie die möchte auf ettliche weg Verbesseret, Gebauwen vnndt beöstigt werden. …. Ouvrage publié en 1588 ; 88 pages.

Source : S0730.

 

1589

 

Empire allemand, Strasbourg : publication de Daniel Speckle, architecte de la ville de Strasbourg : « Architecture des forteresses » de Daniel Specklin, ancien architecte de la ville de Strasbourg. Diverses éditions de « Architectur von Vestungen » (architecture des forteresses) du célèbre ingénieur strasbourgeois Daniel Specklin ont été publiées à Strasbourg en 1589, 1590, 1608 et à Dresde en 1705, 1712 et 1736. L’édition de 1599 parue après sa mort, par les soins de son beau-frère, a été augmentée de notes laissées par l’auteur.

Source : S0913.

 

Allemagne : techniques de fortifications. Longtemps après Dürer, le célèbre ingénieur allemand Daniel Speckle (1589), et le mathématicien belge Simon Stevin (1594), donnèrent aux bastions plusieurs étages de flancs à ciel ouvert, appuyés sur des voûtes sous lesquelles reculaient les pièces de l’étage inférieur et qui servaient en même temps d’abris aux artilleurs et au matériel de cet étage.

Source : S0757.

 

Empire allemand : Strasbourg ; publication : Daniel Speckle, architecte de la ville de Strasbourg : Architecture des forteresses ; 1589. D’autres éditions sont parues à Strasbourg en 1589, 1590, 1608 ; à Dresde en 1705, 1712 et 1736. L’édition de 1599 parut après sa mort, par les soins de son beau-frère, augmentée de notes laissées par l’auteur.

Source : S0913.

 

Empire allemand : Strasbourg : décès de Daniel Speckle (ou Specklin).

Daniel Speckle, ancien architecte de la ville de Strasbourg, ingénieur et cartographe, est décédé en 1589 à l’âge de 53 ans.

Source : S0757.

 

1590

 

Empire allemand : Strasbourg ; parution d’une publication de Daniel Speckle, ancien architecte de la ville de Strasbourg :

Parution de l’ouvrage « Architecture des forteresses » de Daniel Specklin, ancien architecte de la ville de Strasbourg. Diverses éditions de « Architectur von Vestungen » (architecture des forteresses) du célèbre ingénieur strasbourgeois Daniel Specklin ont été publiées à Strasbourg en 1589, 1590, 1608 et à Dresde en 1705, 1712 et 1736. L’édition de 1599 parue après sa mort, par les soins de son beau-frère, a été augmentée de notes laissées par l’auteur.

Source : S0913.

 

1599

 

Empire allemand : Strasbourg ; parution d’une publication de Daniel Speckle, ancien architecte de la ville de Strasbourg :

En 1599 parition de la publication de Daniel Speckle, ancien architecte de la ville de Strasbourg : Architecture des forteresses ; 1589.

Source : S0913.

 

 

Sources

 

 

S0730

Albert Fischer : Daniel Specklin aus Strassburg (1536-1589) Festungsbaumeister, Ingenieur und Kartograph ; Kommission für Geschichtliche Landeskunde in Baden-Württemberg, Stuttgart, 1996. 

 

S0757

Brialmont : Etudes sur la défense des Etats et sur la fortification.

 

S0913

A. von Zastrow : Histoire de la fortification permanente ou manuel des meilleurs systèmes et manières de fortification – Tome premier.

 

S1000

Informations, documents et illustrations provenant de divers sites Internet.

 

S2757

Frijns Marco, Malchair Luc, Moulin Jean-Jacques, Puelinckx Jean : Index de la fortification française 1874-1914, autoédition, 2008.

 

S3550

Site Internet Wikipedia. Documents, illustrations et textes divers provenant de ce site.

 

S3551

Site Internet Wikimapia Strasbourg. Documents, illustrations et textes divers provenant de ce site.

 

S3552

Site Géoportail, Institut National de Géographie (I.G.N.). Cartes, photographies aériennes et documents divers téléchargé sur ce site.

 

 

Archives & Bibliothèques

 

AVES = Archives de la Ville et de l’Eurométropole de Strasbourg.

AD-67 = Archives départementales du Bas-Rhin ; Strasbourg.

BCGS = Bibliothèque du cercle de garnison de Strasbourg (fermée, ouvrages seront transférés).

BNF = Bibliothèque Nationale de France

BNUS = Bibliothèque Nationale et Universitaire de Strasbourg

BMS = Bibliothèques Municipales de Strasbourg.

BA = Bundesarchiv (archives fédérales allemandes)

BA-MA = Bundesarchiv Abteilung Militärarchiv, Freiburg

GSTaPK = Geheimes Staatsarchive Preussischer Kulturbesitz, Berlin.

GLAKa = Generallandessarchiv Karlsruhe

BA-St = Bundesarchiv, Stuttgart.

SHD = Service Historique de la Défense, Vincennes.

 

Archives personnelles, collections, dessins, photographies, relevés sur le terrain, de sources privées

 

MJR = Richard