Chroniques 1300 – 1399

 

XIVe siècle

 

 

Dernière mise à jour ; 01 / 06 / 2022

 

Auteur de la page : MJR

 

 

Fortifications en cours de construction

 

 

France

 

Fortifications construites à l’époque qui sont actuellement sur le territoire français.

 

Alsace

 

Place forte de Strasbourg

 

Enceinte urbaine de Strasbourg (XIIIe siècle). Construction de la 1ère et vaste enceinte en pierres sur décision en 1200 du pouvoir épiscopal, en la personne de Conrad de Hunebourg. Au nord il englobe le faubourg de Saint-Pierre-le-Jeune, et suit très exactement le canal des Faux-Remparts. Au sud de l’Ill, sur la rive droite, elle emmuraille les faubourgs du Finkwiller, du Saint Nicolas et du quai des Bateliers. Relativement bien conservé jusqu’au 18e siècle. La courtine est flanquée de 27 tours et 8 portes. Les opinions divergent quant à l’achèvement de l’ensemble, 1250 ou plus tard ? J. Twinger est partisan de l’érection simultanée de la partie nord et de la partie sud de l’enceinte. Dès 1200, le mur nord est pourvu d’un double fossé avec un faux rempart (ou fausse braie). Début 14e siècle : le doublement du fossé n’intervient qu’au début du 14e siècle, son achèvement se place entre 1475 et 1477, années du conflit entre Charles-le-Téméraire et Strasbourg.

 

Ponts Couverts (XIIIe siècle). Dans le cadre de la connstruction de la 1ère enceinte urbaine en pierres, construction des ponts couverts comprennent 4 tours, munies ultérieurement de batteries. La construction de cette première enceinte en pierres nécessite au niveau de l’entrée de l’Ill, qui se divise en plusieurs canaux, un traitement défensif adapté. Ce front vulnérable est muni de ponts successifs défendus par quatre tours en brique, identiques à celles qui ponctuit le reste de l’enceinte urbaine. 1332 : Construction des ouvrages en éperon en amont des deux tours médianes. 1464 : Réaménagement des ouvrages en éperon. 1577 : Réaménagement des ouvrages en éperon, percés de canonnières et assez grandes pour contenir plusieurs pièces d’artillerie. Ce dispositif permettait des tirs rasant sur l’Ill en évitant les angles morts, contre toutes les embarcations qui essayeraient de forcer le passage.  1869 : la première tour au nord, la Malzenturm qui avait été victime d’un incendie, est arrasée. Il subsiste la Heinrichsturm, la Hans von Altenheimturm et la tour des Français. 06/07/1928 : Classement aux monuments historiques. 16/02/1930 : Parution au journal officiel du classement aux monuments historiques.

 

Chroniques

 

29 mai 1346

 

France : une loi de protection des forêts.

Par l'ordonnance de Brunoy, en date du 29 mai 1346, le roi de France Philippe VI de Valois décide de ne plus accorder de droits d'usage dans les forêts du domaine royal. Il prescrit que « des agents des eaux et forêts soient tenus de temps en temps de visiter tous les espaces boisés, d'y enquêter et de les faire exploiter, afin qu'ils se puissent perpétuellement soustraire en bon état ». Cette ordonnance survient après une longue phase de croissance économique, qui a conduit à d'importants défrichements et à la surexploitation de la forêt. Elle peut être considérée comme la première forme de protection de l'espace naturel ; de l'écologie avant l'heure !...

 

26 août 1346

 

France : bataille de Crecy.

Bataille qui oppose près de Crecy-en-Ponthieu, au nord d’Abbeville, le 26 août 1346, l’armée du royaume de France et l’armée anglaise, qui est venue pour accager et piller les terres proches des rivages de la Manche. Cette bataille marque le début de la guerre de Cent Ans.

Coalition française : Armée du royaume de France, du royaume de Bohême, de la république de Gêne. Commandants : Philippe VI de Valois, Charles II d’Alençon, Pierre Ier de Bourbon, Louis Ier de Flandre, Raoul de Lorraine, Louis de Blois, Jean Ier de Luxembourg, roi de Bohême, Antonio Doria, Charles Grimaldi. Effectif : environ 20 à 25 000 hommes.

Armée anglaise : du royaume d’Angleterre. Commandants : Edouard III Plantegenêt, Edouard de Woodstock, Guillaume de Bohun. Effectif : environ 10 à 15 000 hommes.

Issue : victoire anglaise malgré leur infriorité numérique.

Pertes : coalition française : très importantes pour la chevalerie et l’infanterie française, dont 1 542 chevaliers dont 11 de haute noblesse. 2 300 Génois. Amrée anglaise : entre 100 et 300 morts.

 

Bataille de Crécy : apparition des premières bombardes. Miniature du XIVe siècle. Source : S1000.

 
 

1388

 

Saint Empire Romain germanique, Strasbourg – Kehl : construction d’un pont sur le Rhin.

Compte tenu que ce passage du Rhin est de grande importance pour la ville de Strasbourg, en 1388 elle construit un pont sur le Rhin entre Strasbourg et Kehl. Ce pont joua un rôle important dans le commerce international Est-Ouest, qui compléta l’axe commercial classique Nord-Sud.

 

Sources

 

S0003

Dominique Toursel-Harster, Jean-Pierre Beck et Guy Bronner ; Alsace, Dictionnaire des monuments historiques, Edition la Nuée Bleue, 1995 ; p. 439- 440.

 

S0374

Die Lange Bruck, 600 Jahre Weg zum Nachbar, 1989, Stadt Kehl.

 

S1000

Informations, documents et illustrations provenant de divers sites Internet.

 

S3550

Site Internet Wikipedia. Documents, illustrations et textes divers provenant de ce site.

 

S3551

Site Internet Wikimapia Strasbourg. Documents, illustrations et textes divers provenant de ce site.

 

S3552

Site Géoportail, Institut National de Géographie (I.G.N.). Cartes, photographies aériennes et documents divers téléchargé sur ce site.

 

Archives & Bibliothèques

 

AVES = Archives de la Ville et de l’Eurométropole de Strasbourg.

AD-67 = Archives départementales du Bas-Rhin ; Strasbourg.

BCGS = Bibliothèque du cercle de garnison de Strasbourg (fermée, ouvrages seront transférés).

BNF = Bibliothèque Nationale de France

BNUS = Bibliothèque Nationale et Universitaire de Strasbourg

BMS = Bibliothèques Municipales de Strasbourg.

BA = Bundesarchiv (archives fédérales allemandes)

BA-MA = Bundesarchiv Abteilung Militärarchiv, Freiburg

GSTaPK = Geheimes Staatsarchive Preussischer Kulturbesitz, Berlin.

GLAKa = Generallandessarchiv Karlsruhe

BA-St = Bundesarchiv, Stuttgart.

SHD = Service Historique de la Défense, Vincennes.

 

Archives personnelles, collections, dessins, photographies, relevés sur le terrain, de sources privées

 

MJR = Richard