Chroniques 1810 - 1814

 
Dernière mise à jour : 6 octobre 2020

 

 

Voici les chroniques de la fortification et de la place forte de Strasbourg. Pour aider à la compréhension de l’histoire particulière des fortifications et de la garnison de Strasbourg, nous vous proposons d’aborder toutes les facettes de la place forte, comme les activités des unités et des services.

Nous avons ajouté quelques dates repères de l’histoire et des actualités qui influent sur le développement des techniques militaires. Certaines rubriques peuvent paraître anodines, comme un communiqué de désertion, mais ce dernier nous donne livre des informations sur la région de recrutement de cette unité ou sur l’équipement. Compte tenu que des erreurs de traduction sont toujours possibles, surtout avec des termes anciens, je garde les mots et expressions allemandes entre guillemets. Toutefois, il s’agit bien de l’orthographe de l’époque.

Nous vous invitons donc à vous plonger dans l’ambiance et l’histoire des années 1810 – 1814.

Cette chronique n’est pas définitive et elle est régulièrement complétée et mise à jour. Pour l’instant les chroniques antérieures à 1870 sont encore assez succinctes, car la priorité est donnée aux années 1870 – 1882, pendant lesquelles les nouvelles fortifications de Strasbourg ont été érigées.

Afin de mieux comprendre l’histoire des ces années, il est dès fois nécessaire de revenir quelques années en arrière pour fixer le cadre des différents responsables politiques qui sont au pouvoir. Il en va de même pour les différentes autorités locales.

 

 

Fortifications : ouvrages en cours de construction ou de modernisation

 

 

Belgique

 

Place forte d’Anvers

Ouvrage en cours de construction :

Fort de Lillo (1810), construit par les Français sous Napoléon Bonaparte.

 

France

 

France : Front Ouest : Côtes de la Manche et de l’Atlantique

 

Place forte de Cherbourg

Ouvrage en cours de construction :

Redoute des Fourches (1813). 1846 : incendiée. 1865 : reconstruction de la redoute. 1899 : modernisation de la redoute pendant la crise de Fachoda.

 

Place forte de Brest

Ouvrage en cours de construction :

Poudrière de l’île des Morts (1808-1813). 1814 : achèvement de la caserne, de la jetée et du môle. 1878 : les poudrières sont encore mentionnées. 1940-1944 : les poudrières sont réactivées par l’armée allemande. 1945 : entreprosage des munitions abandonnées. Années 1960 : déclasement.

 

Place forte de Rochefort

Ouvrages en cours de construction :

Batterie de Coudepont (1810), également orthographié Coup de Pont, pointe sud-est de l’île d’Aix. 1861 : corps de garde modèle 1846 n°2. 1889 : déclassement.

Fort du Chay (1812-1858) souvent appélé fort de Royan, équipé d’un corps de garde Mle 1846. 1914 : armement 6 x 95 mm, 2 x 19 cm Mle 1878, 4 x 27 cm Mle 1870 M, 4 x 24 cm Mle 1876 sur affût GPC.

Fort d’Enet (1809-1812). En 1863-1864 sert de cible pour les tirs d’artillerie. 1889 environ : ouvrage réorganisé. 1905 : installation de plateformes et d’abris bétonnés.

Fort Liédot (1811-1834) fort de la Sommité. Fort carré aux angles bastionnés. 1863-1870 : sert de cible pour les essais des nouveaux canons rayés. 1878-1880 : remaniement du fort. 1899 : installation d’une plateforme d’artillerie bétonnée sur chacun des 2 bastions face à la mer ; aménagement de magasins. 1914-1918 : sert de prison.

 

France Sud – Fortifications côtières de la Méditérannée

 

Place forte de Toulon

Ouvrage en cours de construction :

Position de la Croix des Signaux (1812) presqu’île de Saint-Mandrier. 1812 : installation d’une tour modèle 1811. 1849-1853 : construction d’un rempart avec casernement autour de la tour, en forme de fort au tracé pentagonal. 1877 : construction de batteries côtières, batterie Haute de la Caraque, batterie Nord. 1891 : construction d’un magasin sous roc. 1899 : installation d’une voie ferrée étroite. 1906 : construction d’une batterie avec 8 emplacements et une batterie avec 4 emplacements. 1912-1913 : destruction de la batterie de canons de 24 cm remplacée par une batterie moderne de canons de 240 mm.

 

Fortifications des îles d’Hyères

Ouvrage en cours de construction :

Batterie du Bon Renaud (1810), nord-ouest de Porqueroles. Batterie en service jusqu’en 1884. 2 canons de 30 rayé. Corps de garde crénelé modèle 1846 n°2. Déclassé 3 décembre 1888.

Batterie de Galéasson (1811), à l’Est de l’île de Porquerolles. 1841 : réorganisation de la batterie. En service jusqu’en 1884.

 

Chroniques des années 1810 – 1814

 

 

Lundi 12 février 1810

 

France, Strasbourg : Nouveau du préfet du Bas-Rhin.

Le 12 février 1870, le baron Paul-Adrien-François-Marie Lezay-Marésia est est nommé préfet du Bas-Rhin à la place d’Henri Shée. Il reste à ce poste jusqu’au 9 août 1814.

 

Dimanche 26 décembre 1813

 

France, Strasbourg : Nomination du commissaire extraordinaire de l’Empereur dans la 5e Division militaire.

Le 26 décembre 1813, Pierre-Louis, comte Roederer (1754-1845) a été nommé commissaire extraordinaire de l’Empereur dans la 5e division militaire. Il occupe ce poste jusqu’au 17 avril 1814. En effet, avec l’avènement de la royauté en France, il est remplacé dès le 8 avril 1814.

 

Mercredi 6 avril 1814

 

France, politique : Nouveau chef d’Etat.

La royauté est rétablie en France. Louis XVIII (17/11/1755-16/09/1824) est nommé roi de France et de Navarre le 6 avril 1814 et reste sur le trône jusqu’au 20 mars 1815, au retour de Napoléon 1er. Il reprend le pouvoir après l’exil de Napoléon 1er le 22 juin 1815, et reste sur le trône jusqu’à son décès le 16 septembre 1824 à Paris.

 

Lundi 8 avril 1814

 

France, Strasbourg : Nomination du gouverneur général de la Lorraine, de l’Alsace et des Trois évêchés pour le Roi.

Compte tenu du rétablissement de la royauté en France, le 8 avril 1814 Roger Damas (1765-1823) est nommé gouverneur général de la Lorraine, de l’Alsace et des Trois évêchés pour le Roi. Il reste à ce poste jusqu’au 20 mars 1815.

 

Dimanche 17 avril 1814

 

France, Strasbourg : Nomination du commissaire extraordinaire de l’Empereur dans la 5e Division militaire.

Le 17 avril 1814, Pierre-Louis, comte Roederer (1754-1845) commissaire extraordinaire de l’Empereur dans la 5e division militaire quitte son poste après le retour de Napoléon Ier et la nomination de Roger Damas.

 

Vendredi 22 avril 1814

 

France, Strasbourg : Nomination du commissaire extraordinaire du Roi dans la 5e Division militaire.

Le 22 avril 1814, Charles Caillebot de La Salle (1769 -ap.-1830) est nommé commissaire extraordinaire du Roi dans la 5e Division militaire. Il quitte ce poste le 28 juin 1814 après le retour de l’empereur Napoléon Ier.

 

Mardi 28 juin 1814

 

France, Strasbourg : Départ du commissaire extraordinaire du Roi dans la 5e Division militaire.

Après le retour de l’empereur Napoléon 1er, Charles Caillebot de La Salle (1769 -ap.-1830) quitte son poste de commissaire extraordinaire du Roi dans la 5e Division militaire le 28 juin 1814.

 

Jeudi 13 octobre 1814

 

France, Strasbourg : Nouveau du préfet du Bas-Rhin.

Le 13 octobre 1814, Joseph-François-Pierre, comte de Kergariou (1779-1849) est nommé préfet du Bas-Rhin à la place du baron Paul-Adrien-François-Marie Lezay-Marésia. Il reste à ce poste jusqu’au 23 mars 1815.