Chroniques 1911

 
 

Dernière mise à jour / Letzte Änderung : 27 / 11 / 2021.

 

 

Page rédigée par : MJR.

 

Chroniques générales de la place forte de Strasbourg

 

 

Introduction

 

 

Dans cette chronique nous avons rassemblé l’essentiel des informations relatives aux fortifications, à l’évolution des techniques civiles et militaires, à l’évolution des armées européennes et aux garnisons d’Alsace-Lorraine. Nous avons ajouté quelques dates repères de l’histoire et des actualités qui influent sur le développement des techniques militaires. Certaines rubriques peuvent paraître anodines, comme un communiqué de désertion, mais ce dernier nous donne livre des informations sur la région de recrutement de cette unité ou sur l’équipement. Compte tenu que des erreurs de traduction sont toujours possibles, surtout avec des termes anciens, je garde les mots et expressions allemandes entre guillemets. Toutefois, il s’agit bien de l’orthographe de l’époque.

A travers la lecture de ce document, nous vous invitons à vous plonger dans l’ambiance et l’histoire de cette année, mais pour les textes originaux retranscrits sur cette page, il est dès fois nécessaire de gratter la couche de nationalisme que l’on retrouve dans la presse allemande et française de cette époque.

Cette chronique n’est pas définitive et évolue constamment pour être complétée et mise à jour. Avant d’aborder les chroniques de l’année, nous commençons par vous présenter succinctement la liste des fortifications principalement européennes en cours de construction ou de modernisaation et l’évolution des techniques militaires de cette année.

 

Abréviations et termes allemand couramment utilisés :

 

A.K.O. = Allerhöchste Kabinetts-Order = Ordre du cabinet impérial / Ordonnance impériale (ordre signé par l’Empereur d’Allemagne).

IR = Infanterie-Regiment = Régiment d’infanterie (généralement suivi de son numéro).

Reichsland = Terre d’Empire = partie annexée de l’Alsace-Lorraine.

 

Les grades allemands et leur équivalence françaises :

 

General der Infanterie, General der Kavalerie = équivalent au général de corps d’armée.

Generallieutenant = équivalent au général de division.

Generalmajor = équivalent au général de brigade.

Oberst = = colonel.

Oberstlieutenant = lieutenant-colonel.

Major = chef de bataillon, chef d’escadron, commandant.

Hauptmann ou Rittmeister (pour les troupes montées) = capitaine.

Oberleutnant = lieutenant

Leutnant = sous-lieutenant.

 

Remarque : l’orthographe allemande diffère de celle d’aujourd’hui. Par exemple pour les portes on note la présence d’un h « Thor » qui a disparu ultérieurement (Tor), et de nombreux mots s’écrivent encore avec un c, alors que quelques années plus tard on utilisera le k, comme pour Fortification écrit ultérieurement Fortifikation. On germanise les mots d’origine française. J’emploi autant que possible l’orthographe d’origine.

 

 

Fortifications, ouvrages en cours de construction

 

 

Dans cette rubrique je recense l’essentiel de l’activité de construction des fortifications en Europe. Elle permet de comparer les ouvrages érigés à Strasbourg à ceux qui ont étaient en construction à la même période. Certes, cette liste comporte certainement des lacunes, quelques erreurs ou dates de construction divergentes en fonction des sources. Ces informations peuvent évoluer et être complétées par des informations analyses complémentaires. L’ensemble des informations est tiré des sources citées en fin de page et complétées par les relevés effectués sur le terrain.

 

 

Empire allemand

 

Cette rubrique concerne les fortifications allemandes en cours de construction ou de modernisation, sur le territoire allemand, en tenant compte des frontières de l’année en cours.

 

Allemagne Front Nord & fortifications côtières.

 

Place forte de Wilhelmshaven

Ouvrages en cours de construction :

Jadebatterie (1910-1911 environ) position avancée sur l’île de Wangerooge armée de 6 canons de 30,5 cm frettés « Ringkanone » dans des positions encuvées « Kesselbetung » positions à ciel ouvert avec affût à bouclier. 1913 : ajout d’un abri de piquet.

Friedrich-August-Batterie (1911-1912) à 1 km de Wangeroode, armée de 6 pièces de 30,5 cm frettés « Ringkanone » dans des positions encuvées « Kesselbetung » très espacées. 1917 : remplacement des pièces déjà anciennes par des canons de 28 cm S.K. L/40 avec protections latérales pour l’équipe de pièce.

 

Place forte de Swinemünde

Ouvrage en cours de construction :

Ostbatterie (1910-1911) comme batterie de barrage « Sprerrbatterie » à l’entrée du pont. Armement : 4 x 10 cm. 1914-1918 : stationnement pour la défense de petits bateaux de guerre et en 1915-1916 de sous-marins de la porte du môle Est « Ostmole » qui n’était armé que par des canons de 7,7 cm. Installation de plusieurs positions de projecteurs « Scheinwerferstellungen » pour éclairer l’entrée et les parties importantes du port.

 

Allemagne Front Ouest

 

Place forte de Metz

Ouvrages en cours de construction :

Feste Wagner - groupe fortifié de l’Aisne (07/1904-1912) au centre du front S, à la lisière du bois d’Avigy, à 800 m environ au NO du village de Verny. Le groupe fortifié comprend les ouvrages suivants : ouvrage d’infanterie de Verny, le point d’appui de Lamencé, une batterie pour 2 canons de 15 cm sur affût protégé installée entre 1907 et 1913, une batterie cuirassée pour 4 tourelles pour obusiers de 15 cm, une centrale électrique, un batterie cuirassée pour 4 tourelles de canons de 10 cm à tube long renforcé, 3 observatoires cuirassés d’artillerie devant la batterie cuirassée pour canons de 10 cm, l’ouvrage d’infanterie Avigy, le point d’appui de la Seille, un observatoire cuirassé d’artillerie. Garnison : environ 1 250 hommes. 1903 : décision pour la désignation de l’emplacement.

Source : S0075 : Christian Dropsy : Les fortifications de Metz et Thionville, autoédition, Bruxelles, 1995, p.69, 71, 124-129.

Infanterie-Werk Meyouvrage d’infanterie Champagne (10/1907-1912) ouvrage entouré d’un fossé sur le front et les flancs à contrescarpe bétonnée et escarpe à terre croulante avec grilles défensives, blockhaus de chemin couvert relié à la galerie de contrescarpe, un coffre de contrescarpe double avec amorces de galeries de contremines au point d’épaule droit et un coffre simple au point d’épaule gauche, 1 caserne bétonnée à 2 niveaux avec caponnière centrale, équipé de chauffage central au charbon, au sous-sol 1 usine électrique 4 moteurs diesels 22 CV avec dynamos de 14 kW et des citernes à eau, casemate de flanquement à l’aile droite avec 2 canons de 7,7 cm sur affût de forteresse, 1 observatoire cuirassé fixe sur la casemate de flanquement et 3 observatoires cuirassés d’infanterie, parapet avec tranchées bétonnées et 12 emplacements pour mitrailleuses, un abri de piquet avec cloche de guet et un abri avec cloche de guet sur chaque flanc.

Source : S0075 : Christian Dropsy : Les fortifications de Metz et Thionville, autoédition, Bruxelles, 1995, p. 69, 71.

Infanterie-Werk Belle-Croix - ouvrage d’infanterie de Lauvallières (09/1908-1914). Ouvrage cerné d’un fossé sur le front et les flancs à contrescarpe bétonnée et escarpe à terre croulante avec grilles défensives, blockhaus de chemin couvert relié à la galerie de contrescarpe, un coffre de contrescarpe double au point d’épaule droit et un coffre simple au point d’épaule gauche, 1 caserne bétonnée à 2 niveaux avec caponnière centrale, équipé de chauffage central au charbon, au sous-sol 1 usine électrique, 3 observatoires cuirassés d’infanterie, parapet avec tranchées bétonnées et des emplacements pour mitrailleuses, des abris de piquet avec cloche de guet. Organisation sensiblement identique à l’ouvrage Infanterie-Werk Mey. Etat : ouvrage inondé, accès impossible.

Source : S0075 : Christian Dropsy : Les fortifications de Metz et Thionville, autoédition, Bruxelles, 1995, p. 69, 71.

 

Place forte de Strasbourg

Rive gauche du Rhin

Ouvrage en cours de construction :

Stützpunkt Eckartsweier (1911-1913) Point d’appui d’infanterie Eckartsweier. Demi-redoute à fossé plein d’eau, avec rempart avec tranchées bétonnées, muni d’un abri d’infanterie en béton légèrement armé (système Monier) pour une compagnie, relié aux abris de piquet et de mitrailleurs du saillant. Modernisé ultérieurement pour l’installation de deux mitrailleuses sur le front. Vers 1930 : arasement complet de l’ouvrage dans le cadre du traité de Versailles.

 

France

 

Cette rubrique concerne les fortifications françaises en cours de construction ou de modernisation, sur le territoire allemand, en tenant compte des frontières de l’année en cours.

 

 

France Front Nord-Est

 

Place forte de Verdun

Ouvrage en cours de construction :

Fort de Vacherauville (1910-1914 non terminé), ouvrage bétonné et cuirassé, 1 tourelle de 755, 2 tourelles de 155, 1 tourelle de mitrailleuses, 4 observatoires.

 

Place forte de Toul

Ouvrages en cours de construction :

Ouvrage Le Mordant (1907-1911), 1 tourelle de 75 mm, 1 tourelle de mitrailleuses, 2 observatoires, 1 casemates de Bourges.

Ouvrage du Bas du Chêne (1910-1911), ouvrage bétonné.

 

Place forte de Belfort

Ouvrages en cours de construction :

Ouvrage Feuillés des Lots (1911) parfois orthographié Feuillée d’Ailots. Aménagé par la main d’œuvre militaire, position d’infanterie.

Ouvrage des Grands Bois (1890-1891), autre source 1911 en main d’œuvre militaire), dès fois appelé Ouvrage des Grands Bois de Vézeloi.

Position de Bois la Dame (1911), par main d’œuvre militaire, près du Fort de Roppe.

 

Italie

 

Cette rubrique concerne les fortifications italiennes en cours de construction ou de modernisation, sur le territoire italien, en tenant compte des frontières de l’année en cours.

 

Ouvrage en cours de construction :

Fort du Mont Chaberton (1898-1910 autre source 1915), défendant le col du Mont de Montgenèvre. 1906 : il est armé de comprend 8 tours de 12 m de haut supportant chacune une coupole blindée Armstrong avec un canon de 149 mm de 36 calibres. Les canons pouvaient atteindrent la gare de Briançon. 1947 : le territoire est transféré à la France.

 

 

Chroniques

 

 

France, armée : projet de plan de mobilisation du général Michel.

Le projet de plan de mobilisation du général Michel a été créé en 1911.

 

Source : S0367 : Garros, Louis, capitaine : Préludes aux invasions de la Belgique in Revue historique de l’armée n°1-1919, mars 1949, p. 19.

 

Samedi 7 janvier 1911

 

Allemagne, Reichsland Alsace-Lorraine : les socialistes demandent l’instauration d’une république.

Le 7 janvier 1911, les socialistes appellent à des manifestations de masse dans les villes alsaciennes pour réclamer la république alsacienne-lorraine.

Source : S0419 : Igersheim, François : L’Alsace des notables 1870-1914 – La bourgeoisie alsacienne, éditions B.F., 1981.

 

Jeudi 26 janvier 1911

 

Allemagne, Berlin : la loi constitutionnelle d’Alsace-Lorraine au Reichstag.

Le 26 janvier 1911, le projet de loi constitutionnelle de l’Alsace-Lorraine passe en première lecture au Reichstag, le parlement de l’empire allemand.

Source : S0419.

 

Mercredi 8 février 1911

 

Allemagne, Berlin : début des travaux relatif à la loi constitutionnelle de l’Alsace-Lorraine.

Le 8 février 1911, au Reichstag à Berlin, commencent les travaux de la Commission sur le projet de loi constitutionnelle de l’Alsace-Lorraine.

Source : S0419.

 

Jeudi 9 février 1911

 

Allemagne, Berlin : suspension des travaux relatifs à la loi constitutionnelle de l’Alsace-Lorraine.

Allemagne : La Commission constitutionnelle du Reichstag vote l’attribution de voix délibératives pour l’Alsace-Lorraine au Conseil fédéral, ce qui entraîne le 16 février la suspension des travaux de cette commission.

Source : S0419.

 

Jeudi 9 mars 1911

 

Allemagne, Berlin : reprise des travaux relatifs à la loi constitutionnelle de l’Alsace-Lorraine.

Le 9 mars 1911, le gouvernement impérial accepte les voix délibératives au Conseil fédéral, les travaux de la commission sur le projet de loi constitutionnelle de l’Alsace-Lorraine reprennent.

Source : S0419.

 

Samedi 1er avril 1911

 

Allemagne, Reichsland Alsace-Lorraine : publication du projet de découpage électoral.

Le 1er avril 1911, le journal l’Elsaesser publie le projet de découpage électoral.

Source : S0419.

 

Mardi 9 mai 1911

 

Allemagne, Reichsland Alsace-Lorraine : fin de la session du Landesauschuss Délégation d’Alsace-Lorraine.

Reichsland : depuis février, la session du Landesauschuss a été très houleuse, à l’occasion de la visite de Guillaume II en Alsace à partir du 6 mai. Décret de clôture de la session du Landesauschuss et fin de la Délégation / Landesausschuss.

Source : S0419.

 

Jeudi 25 mai 1911

 

Allemagne, Berlin : vote au Reichstag de la Constitution d’Alsace-Lorraine.

Le 25 mai 1911, le Reichstag vote la Constitution d’Alsace-Lorraine.

Source : S0419.

 

Mercredi 31 mai 1911

 

Allemagne, Berlin : promulgation de la Constitution d’Alsace-Lorraine.

Le 31 mai 1911, promulgagtion de la Constitution d’Alsace-Lorraine. Tout le monde n’est pas content, mais personne en Alsace-lorraine n’est foncièrement mécontent du nouveau petit pas fait dans le sens de l’autonomie du « Reichsland ». Une loi votée par la Diète fédérale et le Parlement de Berlin le 31 mai 1911, a introduit dans les provinces annexées une nouvelle Constitution plus indépendante que l’ancien statut, un régime, en somme, de liberté surveillée.

Sources : S0131. Source : S0419.

 

Samedi 3 juin 1911

 

Allemagne, Reichsland Alsace-Lorraine : ouverture de la campagne électorale.

Fondation et appel de « l’Union Nationale » ou la « Ligue Nationale » ; ouverture de la campagne électorale pour le Parlement d’Alsace-Lorraine.

Source : S0419.

 

Juillet 1911

 

Allemagne, Reichsland Alsace-Lorraine : publication du découpage électroral définitif.

Début juillet 1911, publication du découpage électoral définitif.

Source : S0419.

 

Dimanche 22 octobre 1911

 

Allemagne, Reichsland Alsace-Lorraine : premier tour des élections au Parlement d’Alsace-Lorraine.

Le 22 octobre 1911, premier tour des élections au Parlement d’Alsace-Lorraine.

Source : S0419.

 

Lundi 23 octobre 1911

 

Allemagne, Reichsland Alsace-Lorraine : accord entre les libéraux-démocrates.

Le 23 octobre 1911, accord de désistement au second tour entre libéraux-démocrates et socialistes.

Source : S0419.

 

Lundi 30 octobre 1911

 

Allemagne, Reichsland Alsace-Lorraine : deuxième tour des élections régionales.

Le 30 octobre 1911, se déroule dans le Reichsland Alsace-Lorraine le deuxième tour des élections régionales. On constate la victoire électorale du Centre, une forte progression des socialistes et une défaite de l’Union Nationale. La campagne électorale pour le Reichstag de 1912 est donc ouverte.

Source : S0419.

 

Vendredi 1er décembre 1911

 

Allemagne, Reichsland Alsace-Lorraine, Strasbourg : première session du Parlement d’Alsace-Lorraine.

Le 1er décembre 1911 se déroule à Strasbourg la séance solennelle d’ouverture de la première session du Parlement d’Alsace-Lorraine.

Source : S0419.